Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

∼Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem∼

Le mystique vit en contact avec son for intérieur, les révélations de la religion, de la science, de la psychanalyse n’ont rien de nouveau pour lui. Il aime la solitude contemplative en marge des rituels et des sacrements qui empêchent l’Homme de se libérer de son Ego. Loin de la richesse et du luxe des églises et des temples, il vit sa vie en ascète physique, moral et matériel. Il aime à travailler en son temple de tolérance, épuré de toute futilité.

Même si l’Ordre invisible auquel appartiennent les mystiques est entouré d’un retranchement, il se doit d’enseigner son savoir à quiconque désire accéder à la lumière. Il recherche constamment à élever la communauté, de l’UN à l’autre.

Dans son monde où tout est unifié on ne s’élève pas en rabaissant les autres.

Il enseigne sans se dévoiler.

Le mystique est l’Initié qui enseigne. Tout autre point de vue serait hérésie et voie de perdition assurée, semblable à ces grands fleuves dont les eaux deviennent de plus en plus troubles et boueuses à mesure qu’elles s’éloignent davantage de leur source: Qui veut avoir ou posséder concentre toutes ses énergies sur son Ego, la Monade se ferme alors à ce Soi qui le relie à l’Universel.       La Monade.

Mais avant de remonter à l’Universel il faut effectuer une descente de l’Homme vers son point d’origine. L’Art sacré, le Grand Œuvre est une communion réelle entre le mystique et l’Esprit d’en haut. C’est un véritable pèlerinage, réservé aux Sages, aux Silencieux Inconnus en quête de leur rédemption.

Dans son long parcours, l’initié n’a pas à chercher quelque chose de nouveau, mais à retrouver le lien qui unissait sa nature intérieure à la nature extérieure. Pour ce faire il doit épurer ses pensées et son corps, se libérer des contraintes émotionnelles et des pensées fossiles  du plan physique afin de se sublimer en Or spirituel.

La connaissance éprouvée des lois intemporelles de la Vie, dans l’Homme et dans la Nature.


Se connaître soi-même est la première quête du mystique, s’approcher au plus près de son centre, trouver l’hésychia. Ce qui n’est possible que si l’adepte est en mesure de contrôler ses processus de pensées en éliminant les pollutions générées par les sens du corps matériel. Une transmutation de l’Ego pour en extraire une substance raffinée, purifiée, le Soi. Expérimenter la pureté en toute chose est une force sublime, une transformation du conscient en Conscience de l’Éternel Moment Présent, de l
a matière grise en Or spirituel, Or de la sagesse.

Cette transformation ou plutôt  transmutation est une remise en question profonde de soi où :

le Septénaire va devoir se rééquilibrer pour constituer une matière harmonieuse, équilibrée.

Le Septénaire:

Esprit-corps-pensée-intention-attention-comportement-action


L’Initié devra visiter ses noires profondeurs pour trouver sa Pierre Philosophale enfouie sous les décombres de ses fausses croyances. <<Solve-Coagula>> dissoudre puis rassembler les différents éléments mentaux de sa personne.

Ainsi seulement un nouvel Être plus F.O.R.T. pourra réapparaître:

F.O.R.T.

FEU-EAU-AIR-TERRE 

Dans cette quête la pensée devient le support de toute introspection.

La pensée pure subsiste dans un moment actif, tandis que les pensées mécaniques sont des formes fixes basées sur des souvenirs <<passés>>, des constructions du <<futur>>, ou sur des réactions <<présentes>> émotionnelles.


<<Il faut ralentir la pensée pour en permettre l’observation. Du moment où le processus de la pensée œuvre rapidement, nous ne sommes pas en mesure de noter le processus qui s’instaure entre l’impulsion et la réponse. Il faut modérer la pensée de manière à pouvoir corriger les déformations et de transformer le penseur en un penseur pur et imperturbable, non dissocié de la pensée. 
Nous ignorons la nature générale de notre processus de pensée, nous ne voyons pas réellement ce qui se passe au moment où nous sommes occupés à penser. La pensée logique n’émerge que lorsqu’on la demande pour quelque objectif valable et naturel, puis elle s’arrête jusqu’à ce qu’on fasse à nouveau appel à elle. Savoir si ces pensées particulières sont importantes ou non nécessite l’action d’une énergie qui n’est pas mécanique, une énergie que nous appellerons intelligence.>>                        

M. Teodorani, d’après la pensée de David Bohm.


En ralentissant sa pensée l’homme s’élève sur l’échelle de la conscience, il peut alors identifier ses pensées comme faisant parties de son état émotionnel. Il peut considérer son état émotionnel non pas comme étant lui, mais comme une chose produite en sa mentalité (en moi), mais n’étant pas lui-même.(non-moi)

C’est en moi, mais cela n’est pas moi

Je peux être un jour en colère, le lendemain calme.

Je peux être un jour malheureux, le lendemain heureux.

Je peux même par un effort de volonté, changer mes états mentaux d’une minute à l’autre.

Par un effort de concentration je peux dissocier de mon être, mes pensées, émotions, sentiments, ressentis, habitudes, qualités, défauts.

Par un effort d’analyse et de volonté je peux les observer dans mon mental comme des formes malléables et interchangeables.

Avec un peu d’entraînement, nous pouvons séparer le processus mental en trois parties distinctes.

Le MOI, le JE, le non-moi,

– Le JE: La volonté qui peut créer, ou changer les formes pensées.

– Le MOI : la partie où la pensée se crée,

– Le non-moi : les formes pensées mécaniques, créées par le corps physique :

– Addictions physiques (tabac, alcool, drogue, nourriture, café, sexe etc..)

– Addictions émotionnelles ( colère, peur, amour, envie, paresse etc..)

– Croyances ( formatage social, culturel et religieux, médias etc..)
La plupart des individus sont entièrement sous le contrôle du non-moi :

<Nous sommes des émotions et vice versa, nous nous plaçons toujours dans des situations apaisant notre appétit biochimique, l’héroïne utilise les mêmes récepteurs que les substances de nos émotions, nous sommes dépendants de nos émotions. Quand nous conservons nos réactions émotionnelles pendant des heures ou des jours à la suite, elles se transforment en humeur, lorsqu’une humeur est maintenue pendant des semaines ou des mois cela devient un tempérament, un tempérament entretenu pendant des mois ou des années devient un trait de personnalité. Nos traits de personnalité sont créer à partir de nos dépendances émotionnelles.> Les forces émotions

<Que l’idéologie soit économique, politique ou religieuse, que le but recherché soit de faire consommer, de prendre le pouvoir, ou de garder le pouvoir, présente à des niveaux différents dans chaque pays, les croyances et la peur contrôlent la planète.>            La spirale du minotaure

Si le mystique s’impose toujours une ascèse physique, mentale, et matérielle c’est dans le but de dissoudre cette partie qui est le non-moi.

Le non-moi dissout, restera le JE et le MOI.

Ce double aspect du mental se trouve dans chaque individu :

Le JE représente le principe masculin, l’aspect de l’Être, l’impulsion créatrice

Le MOI le principe féminin, l’aspect du Devenir,  »le sein mental » capable d’engendrer la création du JE.

Les êtres capables de concentration, et de volonté, utilisent ces deux principes ensembles.

La recherche de l’hésychia ne dépend pas de symboles, d’incantations, de rituels, de formules psalmodiées, d’objets matériels, ni de superstitions, mais essentiellement de la pureté   d’intention du Mystique.

L’acte d’expérimenter l’ascèse avec pureté, est défini comme une force ou énergie, en mesure d’influencer aussi bien le monde intérieur, que le monde extérieur.

∼Explore l’intérieur de la terre. En rectifiant tu découvriras la pierre cachée∼

E.S.B.

Les formes pensées

Les forces émotions

L’équilibre émotionnel.

La pensée créatrice

Publicités