Étiquettes

, , ,

Marie Desaulles – La source.

Une énergie Primordiale et Fondamentale qui est la source de la création, de l’évolution de tout ce qui EST.

 

Je me suis efforcé de présenter les choses aussi objectivement et simplement que possible, comme j’ai été habitué lors de mon initiation à l’O.M.D. à rédiger des observations de la Nature.

Observer, décrire, étudier, chercher à percevoir avec la logique et la précision que l’on réserve habituellement aux sciences dites naturelles. A un extrême, ceux qui sont à la mode matérialiste penseront que je délire, à l’autre extrême, certains occultistes me reprocheront de divulgué des choses qui, normalement, doivent rester hermétiquement cachées.

Déceler et capter les forces universelles qui nous entourent, telles furent les préoccupations essentielles des anciens Mages.

Il est permis de croire que, dès la plus haute antiquité, des initiés d’un autre âge, en possession d’une connaissance en partie disparue de nos jours, eurent accès au Secrets de l’Éther.

Pour saisir l’importance du sujet, il faut être un observateur assidu de la Nature et prêter attention aux moindres aspects des phénomènes lorsque ceux-ci semblent obéir à des lois inconnues, bien souvent en contradiction avec les lois physiques qui nous sont familières.

Nous sommes en effet entourés de forces invisibles, structurant la Vie des minéraux, végétaux, animaux, humains. Cette Force est régie par des lois tout à fait contraires à celle de la pesanteur. Regardez les plantes, les fleurs, les lianes grimpantes qui, au printemps, pointent vers le ciel leurs tiges flexibles gonflées de sève. Regardez les rosiers de votre jardin dont les boutons se dressent et grossissent avant d’éclore: le poids de cette surcharge ne semble pas compter pour la tige fragile qui le supporte. Ne croirait-on pas que, pour ces plantes, la pesanteur perd ses droits? Tout se passe, en effet, comme si la sève emplissant leurs tiges se trouvait sous la pression d’une pompe invisible, dissimulée à la racine.

Essayez maintenant d’arracher vos rosiers pour transplanter avec bien entendu, toutes les précautions qu’exigent les racines: vous serez surpris de constater que, pendant le bref séjour de la plante hors du sol, l’effet de compression dont nous parlions à totalement cessé; vous verrez ainsi les tiges ployer sous le poids des boutons pour ne se redresser que quelques jours plus tard. Vous noterez en outre que ce redressement ne s’effectue pas de manière progressive, mais qu’il est plus accentué au lever du jour, les tiges ayant tendance à ployer davantage dans le courant de la journée. Ainsi,vous aurez appris que les forces vives, invisibles, qui agissent en sens inverse de la pesanteur se manifestent davantage le matin que le soir.

C’est sur la base de telles observations que les anciens Monastes fondèrent une grande partie de leur savoir car les forces invisibles dont nous venons de montrer l’action sur les rosiers s’exercent aussi sur l’ensemble des végétaux, qui en éprouvent les effets surtout au printemps et au lever du jour. Elles s’exercent également sur les êtres humains. Regardez en effet un enfant courir, sauter, marcher: pas plus que la tige ne ressent le poids des boutons qu’elle supporte, cet enfant ne semble ressentir le poids de son corps, celui de sa tête ou celui de ses jambes. Le vieillard, par contre, s’en va, lui, lentement,d’une pesante démarche, la tête rentrée dans les épaules, comme si, avec l’âge, son poids physique l’emportait sur les forces vives de la jeunesse.

Si l’on trouvait alors un moyen de capter et de conserver cette énergie d’une manière cohérente dans le corps physique, l’on pourrait, on le conçoit, régénérer son organisme et prolonger ses jours en bonne santé jusqu’à un âge avancé.

C’est ce qui vint à l’esprit des Alchimistes dans leurs recherche de la Médecine Universelle ou de l’Élixir de longue vie.

Mais il existe un autre phénomène beaucoup plus curieux que le précédent et prodigieusement intéressant. On l’observe au printemps, au lever du jour, quand le temps est clair et serein, dans un champ de blé:

c’est le phénomène de la perle de rosée. Dès l’aurore, alors que la température est encore basse, on peut voir l’humidité du sol ressortir et monter le long des brins d’herbe pour former à leurs extrémités de merveilleuses gouttes de rosée qui, au lever du soleil, vont s’évaporer pour former une nappe de brouillard.

Là encore la pesanteur semble mise en échec puisque cette rosée se comporte en sens inverse de la pluie dont les gouttelettes retombent après s’être condensées. c’est pourquoi les anciens Spagiristes l’utilisaient dans leurs préparations pour capter les Forces Universelles dont les observations précédentes nous ont montré l’existence, thème <essence-ciel> de l’Alchimie, quant à la Nature Divine Élémentaire cachée en chaque chose de l’Univers

Cette Nature Divine c’est le principe qui crée, informe, structure, harmonise et dynamise tout ce qui est. Cette énergie c’est le vide, ou l’espace qui nous entoure. Cet espace n’est pas vide dans le sens littéral du terme mais plein d’énergie, une énergie qui crée et relie absolument tout ce qui est:

l’Aleph, l’Essence Originelle répandue dans l’espace universel.

El, Eloha, Aleph, Alpha, Aelfe, Éther, Chi, Prana, Champ Unifié d’Information, Conscience Universelle,

sont un seul et unique principe.

Je me réfère à la définition de l’Aelfe dans le Codex de l’O.M.D:

Principe Divin d’où émanent nos âmes, structure, harmonise et relie nos différents corps.

Une énergie Primordiale et Fondamentale qui est la source de la création, de l’évolution de tout ce qui est.

L’éveil d’un être dépend de la force du principe Aelfique que contient son âme.Celui qui ressent la pulsation de l’appel du principe Aelfique dans son cœur peut retrouver sa Nature Divine Originelle, comme les Aelfes qui retournent à leur cité d’Alfheim.

A.Z.X.

Publicités