Mots-clés

, , ,

Marie Desaulles – Avant Pendant Après

Tout d’abord, le cycle de la nature se décompose en deux phases bien distinctes:

-Une phase d’extériorisation couvrant le printemps et l’été:

la végétation renaît, bourgeonne, fleurit, fructifie et disparaît peu à peu.

-Une phase d’intériorisation couvrant l’automne et l’hiver:

la végétation disparaît, et sa régression est comptée à partir de l’équinoxe d’automne, tandis que la durée des nuits l’emporte sur celle des jours et que la température diminue progressivement.

Les premiers observateurs décomposèrent aussi le cycle annuel en trois parties égales de quatre mois chacune, à compter de l’équinoxe de printemps, point de départ, en quelque sorte, de l’année astrologique. C’est ainsi que je dois considérer:

– La première période couvrant le printemps tout entier et le premier mois de l’été,

c’est durant cette première période, que s’expriment la croissance et le développement de la végétation. Elle coïncide avec la renaissance des plantes, les premiers bourgeons, la présence de feuilles, l’épaississement des prairies, la floraison, puis le gonflement des fruits et leurs mûrissement au cours du premier mois de l’été. Cette période coïncide aussi avec l’accroissement de la durée des jours et l’augmentation de la température, tandis que le soleil monte chaque jour plus haut, sur la sphère céleste apparente, au-dessus de l’horizon.

– La seconde période est celle de la maturité, de la moisson, des récoltes et de l’engrangement, des vendanges et de la cueillette des fruits. Elle se traduit par l’épanouissement de la végétation et le profit que l’on en tire. Couvrant les deux derniers mois de l’été et les deux premiers de l’automne, on l’appelle la période la plus heureuse puisque nous y disposons de toutes les richesses de la nature. Mais déjà le soleil a franchi l’équinoxe d’automne, les jours commencent à diminuer et la température devient plus modérée.

– La troisième période, enfin,couvre le dernier mois de l’automne et l’hiver tout entier.

Les jours y sont les plus courts car le soleil prodigue alors sa chaleur à l’autre hémisphère, vitalisant ainsi symboliquement la terre cachée sous nos pieds. C’est aussi l’époque où la terre, appauvrie pour avoir nourri la végétation, subit la préparation destinée à la rendre à nouveau propice à la génération.

Publicités