Mots-clefs

, , , , ,

Marie Desaulles – Invincible.

Sol Invictus, c’est ici que tout se joue.

Mille jours d’introspections m’auront été nécessaires pour descendre en mes profondeurs, jusqu’à atteindre cet espace intérieur de pure création. Point où les forces créatrices de l’Univers sont aux services de la Conscience, Sol Invictus, c’est ici que tout se joue, c’est ici que mes croyances donnent formes à mon monde. Je vois ce en quoi je crois, et donc, je fini par vivre toutes mes croyances.

D’après L’O.M.D. chapitre IV verset 13 :

Pour accéder à notre essence créatrice, et faire de nous les architectes de nos vies il nous faut détruire les fondements même de nos croyances et reconstruire à nouveau tous les systèmes de nos connaissances. Ainsi nous ne vivrons plus comme des esclaves qui bâtissons des pyramides à la seule gloire de nos pharaons.

A.Z.X.


J‘ai soulevé le voile en inversant la racine de mes croyances, en observant le monde comme une projection de mon for-intérieur. Le for-intérieur, le four de l’Alchimiste, la pensée sa matière première. J’étais habitué à réagir à mon environnement comme un observateur passif, j‘ai minutieusement reprogrammé mon mental à observer son environnement comme sa création en passant par tous les stades de l’Acceptation. Mon initiation à l’O.M.D. m’a été d’une grande utilité, mais il fallait encore passer de la la théorie à la pratique.

Une règle constante que je me suis imposé ces deux dernières années est celle qui consiste à ne jamais croire sans douter un enseignement, mais le soumettre à l’épreuve de la mise en pratique grâce à laquelle le savoir redevient Connaissance. Lacceptation aveugle d’un enseignement est le contraire de l’Initiation,  ouvrir son esprit, étudier, pratiquer et éprouver dans chacune de ses cellules, sans faiblesse ni défaillance les enseignements reçus, ses lois, ses principes et ses théories, sont les indispensables conditions permettant de cheminer de l’obscurité du savoir vers la Lumière de la Connaissance.

C’est ici que se joue la plus grande des parties, mettre la théorie en pratique, en théorie rien de plus simple…

la simplexité des choses les plus belles..

Pour comprendre l’Homme en sa totalité il faut en saisir chacune de ses parties, l’Homme est un être multidimensionnel, physique, émotionnel-mental, consciensuel ou spirituel. Le savoir est une chose, le ressentir en est une autre, le vivre est une profession de Foi qui s’étire vers une Foi plus personnelle.

Dans un corps physique qui se perçoit comme un petit point perdu dans l’espace et le temps, avec un corps émotionnel habitué à réagir par peur à son environnement, un mental submergé par la gestion difficile du flot sensoriel et passionnel, avec 60 000 pensées négatives quotidienne, l‘œuvrant reste spectateur de l’œuvre au lieu d’en devenir l’acteur, alors comment observer l’indépendance et l’interdépendance des dimensions, comment faire la relation cause-effet entre le monde intérieur et la projection extérieure.

La première de mes tâches fût donc de ralentir le flux de mes pensées , émotions, ressentis, sensations, afin de pouvoir les observer comme indépendants de mon moi réel. En ce tout début de l’introspection, je m’identifiais encore à mes pensées, je pensais que j’étais elles, elles pensaient qu’elles étaient moi. Nous voici dans le premier paradoxe de l’introspection, prendre de la hauteur avant de pénétrer ses profondeurs. La désidentification au personnage est une étape cruciale. Je parle aujourd’hui avec le recul nécessaire de mon ami le temps, j’ai commencé mon introspection avec le filtre de mon mental, une voie qu’il faut longtemps parcourir, une voix qu’il faut longtemps écouter pour en saisir toutes les subtilités, chercher avec le mental c’est tourner en rond dans un labyrinthe, chercher à Être, c’est chercher… 

Publicités